La Voile de Brume

A moi forban, que m'importe la gloire, Les lois du monde, et qu'importe la mort. Sur l'océan j'ai planté ma victoire, et bois mon vin dans une coupe d'or.  


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Divers récit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jackham

avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 01/12/2007
Localisation : Là où il a intérêt à être.

MessageSujet: Divers récit   Jeu 24 Sep - 23:28

Citation :


Le bout plat du burin suivait méticuleusement les bords de la larme solide rattachée au reste de la statue de jade. Coup après coup, il parvint finalement à la retirer du visage immobile presque sans défaut. Il la posa sur son épais bureau en bois brut en s'asseyant dans son fauteuil de cuir brun. Un bout de mousse dépassant d'un trou dans le cuir lui caressait l'épaule comme la main d'un spectre ironique.
Il fixait la statue posée là, debout devant lui, à l'autre bout de sa cabine. Il l'observait en silence, la regardant dans ses yeux cristallisés. Le grincement du bateau, qui d'habitude le berçait, ressemblait davantage à la complainte d'un vaisseau fatigué par le chemin du retour. Ce bruit l'agaçait.

Nora était un matelot de confiance. Elle savait maintenir à la fois une bonne ambiance à bord et effectuer du bon travail. Cela faisait quelques années qu'ils se connaissaient. Deux, peut-être trois. Il n'était pas encore capitaine à cette époque. Simples matelots, elle n'hésita pourtant pas à le suivre lorsqu'il fut nommé à ce prestigieux poste, devenant ainsi sa subordonnée et lui, son supérieur. Elle suivait ses ordres à la lettre. Au fond, malgré la hiérarchie, ils n'oubliaient pas que deux pirates de valeurs seront toujours égaux.
Nora, maintenant, était là, toute de jade constituée, dans sa cabine, à le regarder avec ce même air résigné, presque serein, qu'elle arborait au moment où cela se produisit. Une malédiction juste mais cruelle. Malheureuse mais nécessaire. Malvenue, mais opportune. Cette idée d'équilibre, d'ambivalence, de frontière vague, cela travaillait l'esprit de Gassan. Lui qui, en premier lieu, se morfondait à considérer cet événement comme un échec, commençait désormais à en tirer une certaine satisfaction.
Il se demanda un instant si c'était cela qui l'empêchait, lui, de verser une larme.

---

Le navire allait arriver à Strangleronce, et il fallait diriger les hommes. Il prit la larme de jade sur son bureau et regarda Nora encore une fois avant de quitter la pièce.
Ce faisant, il pensait à ces mots qu'il lui murmura à l'oreille, et qui furent les derniers qu'elle entendit. Ces mêmes mots que beaucoup de pirates se disent à eux-mêmes avant de partir.
"A moi forban, que m'importent la gloire, les lois du monde, et qu'importe la mort
Sur l'océan j'ai planté ma victoire, et bois mon vin dans une coupe d'or."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackham

avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 01/12/2007
Localisation : Là où il a intérêt à être.

MessageSujet: Re: Divers récit   Ven 25 Sep - 23:37

Citation :



Ce n'était pourtant pas la première fois qu'il tuait un homme.

A l'instant où il enfonça son poignard dans la chair nerveuse et vivace du large cou de ce vigoureux capitaine de La Fulgurante, un beau brigantin alors aux mains d'un équipage de commerçants Tirassiens, il ne put s'empêcher de se remémorer la première fois qu'il ôta une vie.
C'était il y a dix ans, à un ou deux mois près -il n'aurait su le dire , et c'était une considération qu'il mettait de côté. Alors âgé de dix huit ans, il venait d'être recruté dans l'équipage du capitaine Olcan, très correctement surnommé "Blackgun". Il se souvint qu'à cette époque, il était -paradoxalement peut-être- un peu moins perdu qu'aujourd'hui, mais déjà tout aussi ambitieux. Tuer un homme ? Il n'en avait jamais pressenti l'intérêt, mais ce jour-là, il comprit que s'il voulait être respecté en tant que tel par ses nouveaux compères, et que s'il voulait s'imprégner totalement de leur monde, il devrait tuer.

Ce fut lors d'une bataille en mer entre le navire du Blackgun, le Ravage, un puissant vaisseau de ligne au bois sombre, et un navire de guerre de l'Alliance, l'Écumeuse, où il lui fut ordonné de ne pas participer à l'abordage et de rester à bord, qu'il en saisi l'occasion. L'arrivée propice d'un soldat de la Marine, prêt à en découdre avec le Blackgun, fut cette opportunité.  Son sang ne fit qu'un tour avant qu'il ne se jette sur le dos du brave combattant et ne l'égorge avec un calme qui le surprit autant lui-même que son capitaine. Il ne sut si c'était l'effet de cet assassinat, ou bien les regards teintés de reconnaissance du capitaine et de son quartier-maître Jackham, mais il ressentit un évident plaisir suite à cet acte morbide.

En enfonçant son poignard dans la chair nerveuse et vivace du large cou de ce vigoureux capitaine de La Fulgurante, il ne put s'empêcher de se remémorer le bruit creux de la chute de cet homme en armure légère à ses pieds. Il savait bien que cet événement fut décisif dans ce qu'il concevait comme sa carrière.

En retirant son poignard des convulsions sanglantes du cou désormais ramolli du malheureux capitaine, il se rappela vite la raison de la présence de ce sang Tirassien sur la lame du poignard. Jackham, depuis devenu capitaine, lui avait alors accordé récemment le droit de gérance d'un équipage et d'un navire, avec pour seule et unique condition qu'il se serve lui-même.

Encore une mise à l'épreuve.

Encore une occasion de gagner la reconnaissance d'un homme qu'il respectait et qui, d'une certaine manière, le respectait.

Encore un pas en avant dans sa carrière.

Avec encore la mort comme instrument.

Et si c'était aussi ça, la mort ? Et si, dans un monde de guerres, où l'Histoire dépend des morts et de qui les provoque, la mort n'était qu'un instrument ?
Un instant, à califourchon sur le cadavre encore chaud, Gassan se perdit dans ces réflexions. Mais le temps n'était pas à la raison. Il venait de tuer le capitaine, il devait désormais en investir le navire et le faire sien. En fouillant la modeste cabine de sa victime, son attention se porta sur la photographie en noir et blanc d'une magnifique jeune femme aux côtés d'un homme qui avait l'air d'être le capitaine Tirassien quelques années auparavant. Il songea un instant en regardant cette jolie femme bientôt éplorée.


---


Le regard dégageant une détermination plus forte que jamais, il se tient fièrement à la barre du fameux brigantin. A son sommet, un pavillon noir frappé en blanc de la délicate silhouette d'un visage de femme triste, claquant au vent avec amertume. Fièrement, orgueuilleusement, il savoure sa vie de forban, tuant, pillant sans réserve sous les yeux de cette funeste mais pourtant belle image.
Désormais, la Belle Veuve, anciennement Fulgurante, est aux mains du cruel capitaine Gassan Bellodore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Divers récit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gravures, plans de batailles, textes divers, croquis...
» [Vente] Divers objets (cdz, TMNT ....)
» [RECHERCHE] Divers Figurines de Sorcier !
» [EST] Divers jeux DS & PS2
» Divers emploi du mot "Loup"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voile de Brume :: LA BELLE VEUVE-
Sauter vers: